Accès rapide:
Nom d'usager:    Mot de passe:    
Nos partenaires

  
Recherche du dossier d'un joueur
  Nom de famille:
  


 
 
             
 
   

Revue de presse
La fin du voyage

Serge Émond, Le Quotidien, 4 septembre 2012


Imprimer
(JONQUIÈRE) La saison 2012 des Voyageurs de Saguenay a pris fin hier après-midi. À leur dernière présence sur le terrain du stade Richard-Desmeules de Jonquière, ils ont encaissé un revers de 8-5 aux mains des Orioles de Montréal. Ces derniers ont donc éliminé leurs adversaires du deuxième tour des séries éliminatoires de la Ligue de baseball junior élite du Québec en quatre matchs consécutifs.

Facile à expliquer, cette dernière défaite des Voyageurs. Un gros manque d'opportunisme en attaque et quelques jeux ratés en défensive ont fait la différence.
 
Les Voyageurs ont laissé pas moins de 15 coureurs sur les sentiers. Dans un match de sept manches, c'est pas mal. À trois reprises, ils sont retournés en défensive après avoir laissé trois coureurs sur buts. «Le gros coup sûr n'est pas venu, a constaté le gérant des Voyageurs, Robert Fatal. Nous avons manqué d'opportunisme et deux doubles jeux ratés nous ont coûté cinq points. Ce fut l'histoire de la série.
 
«C'est frustrant de perdre, mais on ne peut pas être fâché contre des jeunes de 18 ou 19 ans parce qu'ils ont raté des jeux. Ça fait partie de l'apprentissage. Avant de battre Charlesbourg au premier tour, les jeunes dans le vestiaire de notre équipe n'avaient jamais gagné une série dans cette ligue. Nous avions une équipe très jeune alors que Montréal a une équipe à maturité. Les Orioles ont mieux joué que nous dans cette série. Ils avaient une meilleure équipe et ils ont aussi mieux joué. Nous avons eu nos chances, mais nous n'avons pas su en profiter.»
 
Le match a bien débuté pour les Voyageurs. Dès leur premier tour au bâton, ils ont inscrit deux points sur un double de Kevin Lafrance, un simple d'Étienne Blanchette, un autre de Guillaume Gingras et un double vol.
 
La manche qui a suivi a été marquée par un jeu qui a grandement influencé le résultat final. Avec deux coureurs sur les buts et aucun retrait, les Orioles ont opté pour un amorti sacrifice. Le frappeur a cogné la balle avec un peu trop de force, ce qui a donné la chance au lanceur Manuel Bouffard de la saisir et de lancer au troisième coussin pour amorcer ce qui semblait un double retrait. Après avoir vu l'officiel sur les buts déclarer le frappeur retiré au premier but, l'arbitre au marbre a changé la décision. À 90 pieds de l'action, il a estimé que le joueur de premier but des Voyageurs avait omis de toucher au coussin. Quand Fatal s'est présenté sur le terrain pour demander des explications, l'arbitre s'est rendu jusqu'au coussin pour mimer le geste du joueur fautif. Du vrai cirque.
 
Ceci étant dit, la décision de l'arbitre au marbre a tout changé. Elle a aidé les Orioles à marquer quatre gros points avant la fin de la manche.
 
«Il est évident que cette décision a dérangé mon lanceur, a indiqué Fatal. Au lieu d'avoir une chance de retourner à notre banc après avoir réussi un gros jeu en défensive, on s'est retrouvé encore en défensive avec le coeur de leur alignement offensif.»
 
Les Voyageurs ne se sont jamais vraiment remis de cette deuxième manche un peu spéciale. Ils ont obtenu plusieurs belles occasions de combler leur retard et même de prendre les devants lors des manches suivantes. Pratiquement à chaque occasion, la menace a pris fin avec un résultat décevant.
 
Sur un beau jeu
Les Voyageurs pourront garder un très bon souvenir de leur dernière présence de la saison en défensive. Ils ont complété la septième manche en effectuant un triple jeu. Avec deux coéquipiers sur les sentiers, Jérémie Chalifour a cogné une solide flèche au lanceur Xavier Tremblay. Celui-ci a capté la balle et les deux joueurs des Orioles qui se trouvaient sur les buts ont été pris à contre-pied.... 

Revue de presse publiée par Jacques Lanciault, collaborateur au site Internet de la LBJÉQ.



   
 

wqeqwewqeqwe